quatre × 5 =

douze + quatorze =

Dans un contexte actuel qui voue un certain culte à l’audiovisuel mais surtout à la vidéo. Les arrivées de Calls, L’Épopée Temporelle ou Clyde Vanilla marquent le retour des séries uniquement audio ! Effet de mode ou renouveau de la fiction ? Fermez les yeux ! Vous n’en aurez pas besoin pour déguster ce dont je vais vous parler. Mais réouvrez les quand même, il faut bien ça pour lire ce qui suit. Depuis le 15 décembre, Canal + a dévoilé une nouvelle série nommée Calls. La particularité de la fiction imaginée par Timothée Hochet est qu’elle est totalement auditive. Ces 10 épisodes plongeront les spectateurs dans une expérience angoissante et emplie de frissons. Censés n’avoir aucun lien entre eux, les épisodes s’articulent tout de même autour de l’idée d’une apocalypse imminente. En effet, l’histoire avance à travers les enregistrements de plongeurs qui disparaissent lors d’une exploration sous-marine, ou l’appel paniqué d’une jeune femme à police secours. https://www.youtube.com/watch?v=rE5B-mfptzM Le rendu particulièrement saisissant de Calls s’explique en partie par sa production. “On a tourné le maximum sur plateau, les décors donnant une véracité de jeu, explique le créateur Timothée Hochet. L’idée était de donner un effet mi-fiction, mi-réalité à ce qu’on entend”. Ce projet, il le porte depuis quelque temps puisqu’un court-métrage du même nom était déjà sorti sur sa chaîne Youtube (supprimé depuis la création de la série et la prise en charge par Canal +). Le soutien de la chaîne payante lui a ainsi offert la possibilité de tourner dans les meilleures conditions avec l’accès à des plateaux et des studios. À la genèse des fictions audio On est bien loin de ce qu’on visualise quand on parle de série audio en France. Surtout que la plupart sont juste réalisées dans des studios audio. Néanmoins, le genre a ses perles et ses succès populaires comme l’a pu l’être le Donjon de Naheulbeuk, où l’on suit l’histoire d’une compagnie d’aventuriers loufoques ou bien Les Aventuriers du Survivaure. Grâce à ces séries, la fiction audio s’est créée une véritable communauté d’internautes qui n’a alors pas cessé de vivre. Même si le Donjon de Naheulbeuk ne sort plus en fiction audio, mais en livre et bandes dessinées, le genre est loin d’être mort, puisque d’autres sagas ont pu voir le jour sous l’impulsion de cette communauté. Les amateurs de fictions audio se sont réunis autour de divers forums comme le Netophonix, qui rassemble bon nombre d’auteurs, de comédiens et d’amateurs de séries audios. Moins exposé, le genre s’est donc consolidé sur ses bases avec l’essor d’internet. D’autant que le péché mignon des années 2010, c’est la vidéo ! Des gifs, des vines, des vlogs, des vidéos et encore des vidéos ! Ce qui marche à tous les points de vue, c’est ce contenu audiovisuel par excellence. Au point que même le Donjon de Naheulbeuk (pourtant pilier du genre audio en France) a le projet de revenir en série d’animation, mais connaît cependant une production tourmentée. On ne peut plus le nier, que cela soit par Netflix ou d’autres sites de streaming, les séries sont devenues un point central de la pop culture. C’est donc assez naturellement que les séries reviennent vers la fiction audio. Par nostalgie peut-être (#Vintage). L’humour Sci-fi comme genre de prédilection C’est peu de dire que l’année 2017 nous aura fourni de quoi se remplir les oreilles et l’inconscient ! L’arrivée de Calls dans nos écouteurs ne fait que finir en beauté une année 2017 riche en séries audios de qualité. En effet, cette année le youtubeur au 10 millions d’abonnés, Cyprien Iov, a lancé la saison 1 de l’Epopée Temporelle. La série de 10 épisodes d’une dizaine de minutes parle avec humour de losers qui voyagent dans le temps. L’une de ses forces et la présence au casting de mastodontes du doublage français, avec entre autre Patrick Borg (voix de Sangoku), Brigitte Lecordier (Sangoku, Sangohan et Oui-Oui), Véronique Augereau (Marge Simpsons) ou encore Emmanuel Curtil (Jim Carrey et Simba). Des voix fortes, reconnaissables et surtout charismatiques, qui rendent la série agréable à l’ouïe puisqu’on se sent replonger devant les dessins animés des années 90. https://www.youtube.com/watch?v=hjz5JHCAhk8&list=PLmnpJZxBm1ybcX3go6l5YlWGLKGDzijlz On peut aussi noter la série audio Clyde Vanilla. Imaginée par un autre youtubeur à succès, Antoine Daniel, et son ami Wendo, la série raconte l’histoire d’un héros un peu bête (décidément!) et de sa compagnie à travers un univers de science-fiction complétement barré. Beaucoup plus calibrée pour le web et avec un humour plus trash, la série était le gros projet d’Antoine Daniel depuis quelques temps. D’inspiration Rick et Mortienne (néologisme), les 10 épisodes de 14 à 20 minutes ont la particularité d’être intégralement disponible sur Youtube, mais aussi Deezer, Spotify, Napster, BandCamp ou encore Itunes. L’audio permet d’imaginer ce que l’on veut.” – Cyprien Il ne faut pas l’oublier, mais la fiction audio, c’est avant et surtout une affaire d’imagination. Le créateur de Calls, Timothée Hochet en est convaincu : “On voulait faire une expérience sonore, où l’imagination serait l’élément principal”. Selon lui, la plupart des films en montrent trop : “Dans le cinéma d’horreur, la déception arrive souvent au moment où l’on voit le monstre. Pour moi, les films qui en montrent le moins sont les plus efficaces”. Les séries audios invitent ainsi à des expériences totalement différentes et immersives (notamment avec le son en 360°) où l’imaginaire reprend une place primordiale. Que cela soit dans les registres humoristiques ou horrifiques, à la télévision ou sur internet, les séries audio reviennent. J’espère non pas comme un effet de mode, mais pour nous offrir une autres façon de “consommer” de la fiction aujourd’hui. On ne le répète jamais assez à qui veut se lancer dans l’audiovisuel, mais “tu as beau avoir les qualités de Scorsese, si tu prends le son avec ton vieux Samsung, c’est mort.” Le son est le Saint Graal de toute production audiovisuelle alors pourquoi pas le faire exister et vibrer seul ?