huit + dix-sept =

1 × un =

General Elektriks, le projet musical d’Hervé Salters depuis 2003, évolue vers un quatrième album : To Be A Stranger.

Entre pop, rock, soul et electro, General Elektriks a su s’affirmer avec ses trois derniers albums (parmi lesquels on trouvait “Raid The Radio, “Take Back The Instant” ou “Summer is Here»).

Avec To Be A Stranger, l’artiste se réinvente tout en gardant une signature musicale avec une recette expérimentale que lui-seul semble connaitre.

Composé de 12 titres, l’album s’ouvre avec “A Misunderstanding” à travers des percussions qui viennent se mêler à la voix d’Hervé. “Angle Boogie” vient ensuite nous envoûter au rythme presque groove, la mélodie reste dans la tête et il est difficile de ne pas hocher la tête lorsque le refrain intervient. Le rythme est déterminé, le refrain entêtant.

Whisper To Me», premier single sorti octobre, représente bien le ton global de l’album : les accords s’enchaînent, les instruments nous étonnent. “The Man Who Unraveled” est notre coup de cœur, commençant calmement, la structure du rythme évolue très rapidement vers un refrain qui s’ajuste à merveille avec la voix du chanteur, perchée dans  les aigus accompagnée d’une cymbale de batterie retentissante.

L’utilisation de la voix comme une sorte de complément dans la mélodie produit des effets très intéressant. Dans “Built By The Poeple” on va jusqu’à confondre la voix avec les instruments, en conséquence d’un chant presque robotique.

L’album se clôture magistralement, sur “Waltz #2“, une ballade vacillante entre saoul et jazz, qui nous fait quitter en douceur l’univers de General Elektriks, et semble nous inviter vers une nouvelle dimension.

To Be A Stranger sort le 29 janvier 2015, pour (très) bien commencer l’année musicale.