3   +   10   =  

Dans le cadre de sa tournée, le collectif Bon Entendeur est de passage à La Madeleine de Bruxelles afin de faire danser le public belge.

L’exploration des salles de concerts bruxelloises continue pour Le Pedromadaire. Après Chaton au Botanique, direction La Madeleine pour le show de Bon Entendeur.

La Madeleine est une salle extrêmement agréable, que ce soit en terme de configuration, avec son excellente visibilité quelque soit l’endroit où l’on se trouve, ou d’acoustique. Une chose est sûre, nous y retournerons avec plaisir !

La première partie, Macadam Crocodile, est une excellente découverte. Habillés de leur plus belle chemise, Xavi Polycarpe et Brülin, qui composent le duo, oscillent entre funk, pop, disco et électro. Ils donnent de la voix et mettent en jambes le public de La Madeleine. Nous suivrons avec attention, et plaisir, le futur musical du duo !

Place à Bon Entendeur. Mais Bon Entendeur, qu’est ce ? Il s’agit d’un collectif musical français fondé en 2012 et géré par trois amis : Nicolas, Arnaud et Pierre. Leur première mixtape date de 2013, et depuis, ils ont parcouru beaucoup de chemin. Aller-Retour, leur premier album, est sorti en juin 2019.

Sur scène, ce sont Arnaud et Pierre qui mènent la danse. De part et d’autre des deux gaillards, de nombreux écrans, similaires à des téléviseurs à tubes cathodiques, qui confèrent à la scénographie une touche rétro. Entre jeux de lumière et projections de leurs différents clips, le concert de Bon Entendeur s’avère agréable visuellement parlant.

Le show est carré et millimétré. Leur reprise de Nino Ferrer, La Rue Madureira, est toujours aussi entraînante. Malheureusement, quelques imperfections ont de quoi brusquer. La principale est sans doute les transitions entre les différents morceaux. En fin de set, L’amour, l’amour, l’amour de Mouloudji est brutalement arrêté pour laisser place à leur tube, le remix de Le temps est bon d’Isabelle Pierre. Évidemment, le public attend avec impatience ce morceau, mais cette interruption a quelque chose de très étrange. Le reste est similaire à un DJ set, agréable certes, mais on peine à se replonger dans l’ambiance et la bonne humeur que peut conférer l’écoute de l’album. Dommage donc.

La découverte de morceaux exclusifs en fin de set est cependant une très bonne surprise, ainsi que la conclusion, très dansante, avec un remix (très léger) de Gimme, Gimme, Gimme ! d’ABBA. Arnaud et Pierre quittent la scène, le public en redemande, et reste sur sa faim après s’être déhanché sur le plus célèbre des groupes disco. Malheureusement, ils ne reviennent pas, et tout le monde est invité à rentrer chez soi.