Premier concert au Métaphone de Oignies pour l’équipe du Pedromadaire avec Feu! Chatterton, dont le talent ne cesse de nous subjuguer.

C’est confiant que nous nous rendions au concert de Feu! Chatterton à Oignies. Le groupe parisien nous avait déjà marqué lors de leur passage aux Nuits Secrètes en juillet dernier, se hissant en tête de notre Top 5. Une fois de plus, impossible de ne pas être subjugué par le rock de ces 5 gaillards.

La légende raconte que Le Métaphone de Oignies a tout pour une être une excellente salle de concert grâce à son acoustique. Eh bien, il s’avère que ce n’est en rien une légende. Que ce soit pour le set de Weekend Affair ou celui de Feu! Chatterton, cela faisait un certain temps que nous n’avions plus eu un aussi bon son. De quoi passer une excellente soirée !

Weekend Affair, la première partie, fut une excellente découverte. Le duo nordiste a proposé une parfaite mise en bouche au public, mêlant humour et rock planant. Une chose est sûre, nous n’avons pas fini d’entendre parler d’eux, et nous nous réjouissons de les revoir lors de la soirée au Zénith de Lille le 30 septembre prochain, en compagnie de The Blaze, Jeanne Added ou encore Bagarre.

Quelques minutes après, ce sont les dandys les plus rock du moment qui sont montés sur scène. Dès les premières notes, la foule est en émoi, et le set s’ouvre sur Ginger. Pendant près de deux heures, Feu! Chatterton alterne entre morceaux de leur premier album, Ici le Jour (a tout enseveli), et L’oiseleur, sorti en mars 2018.

Quel bonheur de retrouver le groupe sur scène. Que ce soit Arthur, Antoine, Clément, Raphaël ou Sébastien, tous mettent du coeur à l’ouvrage et nous injectent une vraie (et bonne) dose de rock.

Le personnage de dandy désabusé incarné par Arthur Teboul est toujours aussi touchant. Chose agréable : la communication avec le public. Le Métaphone étant une plutôt petite salle (1000 personnes), les échanges furent nombreux. On retiendra le “C’est le feu ! Ca le fait !” ou bien le long discours à propos des Victoires de la Musique (Feu! Chatterton est nommé dans la catégorie album rock). Fait assez drôle, pendant un court instant, Arthur Teboul est complètement sorti de son personnage, se livrant à coeur ouvert au public, pour ensuite revêtir à nouveau la pudeur de son personnage, conscient qu’il avait quitté son rôle de dandy.

Tout les éléments étaient là pour faire de cette soirée un moment parfait. Seul petit regret : dommage que le groupe n’ait pas interprété Grace. Mais on ne leur en tiendra que très peu rigueur, étant donné la qualité de leurs autres morceaux (avec une mention spéciale pour La mort dans la Pinède et Sari d’Orcino)

Un grand merci à l’équipe du Métaphone pour l’accueil et d’avoir rendu ce live-report possible. Nous reviendrons avec grand plaisir !