seize − 10 =

neuf − cinq =

Lucie et Greg ont eu la chance d’interviewer le groupe de rap français originaire de Montpellier, Set&Match. Rencontre avec Bunk, Faktiss et Jiddy avant leur live à la Rodia (accompagnés de Pent et D-bangerz) le samedi 4 avril 2015.

 

 

Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?

Faktiss : beh moi c’est Faktiss de Set&Match tout simplement… y a Jiddy et Bunk aussi.
Bunk : Yo moi c’est Bunk Set&Match.
Jiddy : et Jiddy BAM !

Donc Jiddy, plutôt Philip Morris ou mayonnaise ?
Jiddy : Oooooh excellent… Oh bah non Philip Morris c’est fini vu que je ne fume plus de clopes. Mais mayo oui oui mayo toujours exceptionnelle hein.. Toujours aussi bonne la mayo… Mais bien vu bien vu très bonne question !

Comment vous êtes vous rencontrés et quelles ont été vos premières impressions ?
Faktiss : Bah en fait bah moi je faisais mon chemin tout seul, j’avais balancé des morceaux sur Myspace, Bunk il est venu après, il a kiffé de ouf de ouf (rires) mes tracks et il m’a envoyé un message « viens on fait le morceau ensemble » et tout. Et je suis arrivé chez lui une semaine après je crois et on fait un premier track ensemble, à la fin du track il m’a fait « ouais je kiffe trop ton flow et tout t’es vraiment trop lourd comme gars » et au final on a commencé à faire un skeud ensemble et lui, Jiddy, je le connaissais depuis le primaire donc il s’est greffé au groupe. On avait beaucoup de flow et on avait besoin d’un gratteur et on a demandé à Jiddy pour les quotas.
Non ouais on s’est rencontrés assez simplement sur internet tu vois, on s’est fait des petits morceaux ensembles, des scènes sur Montpellier tout ça, pis après au fur et à mesure on a un peu plus cadré ça on va dire avec Set&Match du coup. Le premier morceau qu’on a fait c’était « O’high ».

Votre premier album Cosy bang bang sort le 15 juin, on a déjà eu les extraits « Kush », « Quoi de neuf » et « Fallait pas m’inviter », est ce que vous pouvez nous parler un peu de cet album?
Jiddy : On a fait « comment te dire », notre premier « street album » après on a enchaîné avec « Tudo bem » qui était un « summer album », un espèce d’EP et là on enchaîne après avec du coup notre premier vrai album qui est signé et qui va sortir en physique, digital tout ça. Donc c’est vraiment le premier album, le premier projet, on l’a taffé pendant 1 an, on s’est mis dans la campagne. On a vraiment taffé ça y a vraiment eu beaucoup de travail sur cet album, nous on en est très contents et voilà. Ca sort le 15 juin, y a 3 clips qui sont sortis, le 4ème qui va sortir bientôt, un 5ème et on va enchaîner sur un autre projet assez vite et on va essayer d’occuper le terrain à fond.

Qu’est ce que vous faites de votre temps libre ?
Faktiss : Alors pas énormément de temps libre c’est le soir quoi, ca fait comme tout le monde : ça graille, ça tcheck JAY-Z (rires). Non ouais ça se cale, ça chill avec les potos, ça finit le taffe qu’on a à faire chez soi le soir, ça se repose quoi. Normalement. Après le week-end bien sur ça fait la fête, ça boit ou ça fait concert.

Du coup, vous êtes plutôt Kebab ou Bagel ?
Jiddy : Bagel, et en plus c’est vrai. Avant y avait pas de bagel sur Montpellier et y a le sahbi le poto il est arrivé, c’est là où on a tourné « Wesh bagel » et depuis ça a été le coup de foudre, on est souvent là-bas, c’est le poto c’est la famille. C’est de la bonne bouffe en plus donc c’est cool tu vois c’est bon et nous on aime bien, c’est un vrai sahbi.
Faktiss : Et puis même pour pousser un peu plus la question « Kebab ou bagel ? », même si c’est du fast-food les deux tu vois, on a tendance un peu à manger on va dire sain, tu vois. On évite de manger « sale » comme on peut.

Est ce que vous avez un feat de rêve ?
Jiddy : Je sais pas, y a pas vraiment de « feat de rêve de rêve » mais plus cain-ri que français déjà ça c’est sur. Après feat de rêve ouais Outkast, Kendrick c’est cool, même des groupes de rock j’en sais rien. AC/DC ça serait chaud (rires). Non je sais pas j’en sais rien.
Faktiss : Bah après nous tu vois on est pas très feat, on est souvent entre nous tu vois et on taffe souvent ensemble parce qu’on est trois. Trois MC déjà sur un morceau ça fait beaucoup et puis sur l’album on a un seul feat tu vois. On va pas aller gratter un feat pour gratter un feat. Si jamais on pense, qu’on a un concept déjà de base et qu’on se dit « putain merde il nous faudrait tel gars, il nous faudrait tel meuf sur tel morceau » là ouais mais juste comme ça non.

Donc du coup vous restez vrais, vous restez principalement les trois, vous faites vos trucs ?
Jiddy : On fait comme ça vient. Si un jour on croise un mec et on avait même aucune idée qu’on pourrait le croiser ni faire un morceau avec lui, que ça se passe super bien en gros tu vois nous on est ouverts y a pas de problèmes. Mais après on s’en fout un peu quoi, c’est plus humainement : si ça se passe bien avec le keum, si ça se fait naturellement bah ça se fait naturellement. Comme Dope DOD, je sais pas si vous connaissez, c’est le seul featuring de l’album tu vois ça s’est fait un peu incroyablement. C’est par twitter et humainement ça s’est bien passé tu vois mais Dope DOD jamais on aurait pensé pouvoir faire un feat avec eux, le morceau est cool en plus.

Vous êtes plutôt gros festival ou petite salle intimiste comme la Rodia ?
Bunk : La Rodia déjà c’est pas une petite salle intimiste, c’est déjà une grosse jauge et les petites salles intimistes ça serait plutôt des petits bars. En vrai on est toujours un peu plus festival parce qu’il y a plus de gens, qu’on est plus dans l’avancée du groupe. Un festival tu te retrouves devant 1000, 2000, 3000 voir 10000 personnes, bon c’est quand même une aventure, ça nous permet de plus gagner notre vie enfin tu vois. Mais nous on va donner autant d’énergie sur un festival que dans une petite salle intimiste et on aime toujours de temps en temps faire des petites salles intimistes.
La Rodia je crois qu’elle est assez remplie ce soir, y a pas mal de préventes (600) donc c’est plus vraiment intimiste là quand même, ça commence à devenir sympa. Non mais c’est toujours un plaisir, on sera toujours étonné je crois de savoir qu’il y a des gens qui se déplacent pour nous autant des fois quand ils sont 100 que 500, que 800, que 1000 parfois. Si il y a un choix à faire il est professionnel donc ça serait les gros festivals tu vois pour vraiment avoir un gros bordel, revenir avec des belles photos et des grosses émotions mais ça peut être aussi des petites salles intimistes y a pas de soucis quoi.
Faktiss : Je dirais même qu’on est des punks tu vois. Nous les petites salles et tout , dans des petits bars avec 20 personnes devant nous… Les gens devant nous ils sont là pour faire la fête, ils sont là à fond tu vois. Moi les deux pour nous, c’est pareil.

Qu’est ce que vous seriez si vous n’étiez pas rappeurs ?
Jiddy : Alors si je peux bien répondre à cette question, toi (Faktiss) tu tafferais comme un porc et tu te casserais un jour
Faktiss : Non mais réponds à ta question
Jiddy : toi (Bunk) tu serais pécheur ou un bail comme ça non ? Moi je serais… (rire) Moi je sais pas je ferais les bails, je ferais des fouini-bails
Faktiss : T’aurais pu répondre rien du tout (rires) Non ouais je sais pas… Soit de la vente soit autre chose quoi mais je pense que je partirais de la France, soit en Asie soit à Montréal.
Bunk : T’es en plein rêve toi (rires). Moi je ferais sûrement de la vidéo, comme je fais déjà mais je pense que je m’épanouirais encore plus là-dedans. Mais c’est difficile là je dis ça spontanément, si ma vie elle bougeait pas tu vois mais effectivement peut-être que je serais parti à l’étranger, peut être pas… Disons que c’est dur à dire : ma deuxième passion c’est la vidéo, c’est même parfois la première suivant là où j’en suis, suivant le contexte donc je sais pas ouais… Sûrement de la vidéo, je l’espère.

Est ce que vous avez une musique honteuse dans votre téléphone ou votre MP3 que vous écoutez toujours ?
Faktiss : je sais pas si c’est honteux mais moi je kiffe c’est pierpoljak – maman, j’aime bien ce morceau.
Jiddy : Non moi je sais pas, j’écoute que du lourd (rires).
Bunk : Moi dans mon MP3 j’en ai pas mais là je suis allé au restaurant avant-hier. J’ai affiché ma meuf (rires) parce qu’un mec il passait du Mike Brant derrière et je lui ai demandé de mettre « qui saura » de lui et j’ai chanté fort dans le restaurant, j’ai affiché ma meuf elle avait trop honte donc ça c’est quand même un dossier. Mais Mike Brant il est quand même pas dans mon MP3.

Dans votre vie de tous les jours, c’est plutôt « Sunset » ou « O’high » ? Plutôt petite soirée en appart’ ou calé dans une villa au nord de Montpellier ?
Jiddy : Orf c’est les deux. Bah quand y a une soirée dans une baraque c’est cool mais sinon en général on se cale chez les gens, on chill. Plus « Sunset » parce que c’est mieux quand même : la petite piscine, le soleil que être défoncé dans un appart’ à rien faire… Mais non non allez je dirais « Sunset ».
Faktiss : Moi je dirais « Sunset » mais je mélangerais avec l’autre et jusqu’au soir tu vois, du coup tu squattes la maison toute la journée quoi. Tu vois tu pars du Cosy, tu finis au Bang bang (Cosy bang bang, 1er album de Set&Match, sortie prévue le 15 juin 2015 , NDLR).

Quel rappeur aimeriez-vous défier à un rap contenders ?
Jiddy : On se défie déjà nous-même à ça. On se fait des grosses punchlines là dans les « Check Celle-là ». Là y a le deuxième qui va sortir d’ici peu. Non on s’en bat les reins de ça en vrai si je peux te répondre honnêtement.
Faktiss : Kussay and the smokes je veux un rap contenders avec vous, vous faites trop les beaux.

Pour finir, que vous inspire le nom de notre team de radio le « Pedromadaire » ?
Jiddy : Ca annonce une sacré ambiance (rires). C’est quelque chose un « Pedromadaire » je sais pas, j’en sais rien.
Bunk : Un PEDROmadaire ? Y a un Pedro ? Y a un Pierre dans l’histoire ? Pedro nan ça a rien à voir ? Toi (Jiddy) t’as compris un pet de Pedromadaire ? C’est qui Pedro? c’est le fondateur et vous vous êtes ses disciples ? Mais pourquoi Pedromadaire, juste pour le jeu de mot ? Pedro…. Pedrodrobien, excellent ! (rires)