4 × 5 =

deux × 3 =

Après la sortie d’un très bon dernier album To Be A Stranger fin janvier 2016, Hervé Salters a entamé une tournée de concerts partout à travers la France. Le mercredi 23 mars, nous étions à l’Aeronef de Lille pour découvrir General Elektriks en live.

Accompagné de 3 musiciens, et d’instruments assez inattendus comme le vibraphone, Hervé Salters accroché à son clavinet rouge nous invite dans une grande fête rythmée en débutant avec “Angle Boogie», extrait du nouvel album To Be A Stranger. Intervient dans une continuité énergétique le titre “Take Back The Instant” qui date de 2009. Pour le nouvel album, on retrouve “Magnets” puis le très bon “The Man Who Unraveled” (un des meilleurs titres de l’album). L’ambiance est très bonne, Hervé Salters donne corps et âme pour que le public profite au mieux de son concert. Il enchaîne les mélodies sur son clavier, comme si jamais ses doigts ne pouvaient s’en séparer. “Boucin’ Of The Wall», “Waltz #2», “The Spark», l’artiste nous présente un savent mélange de ses 4 albums studios.

IMG_20160323_222542

Le tant attendu “Raid The Radio” fait se déchaîner le public qui n’hésite pas à siffler sur en cœur aux moments où il le faut. Avant de sortir de scène General Elektriks prolonge l’ambiance festive avec  “Whisper To Me», extrait du dernier album. Lorsque l’on pense que le morceau va s’achever, celui-ci s’accélère pour reprendre sur une version plus rapide, plus rythmée qui transforme l’Aéornef de Lille en night-club.

General Elektriks a l’originalité de se faire offrir trois rappels par le public. Durant ce premier retour, on redécouvre “Little Lady” ou encore le presque oublié “Tu m’intrigues” extrait du tout premier album Cliquety Kliqk (2003). Lors des 2 seconds rappels, le public finit de transpirer ou de s’épuiser aux rythmes de “Blookdshot eyes” et de deux titres récents : “Misanderstanding” puis “New Day Breaking».  Avant de sortir de scène définitivement,  Hervé Salters présente ses trois musiciens (batterie, guitare, basse, vibraphone), remercie son public et lance :

Je m’appelle Hervé Salters, vous vous étiez Lille, et ensemble c’était Général Elektriks