trois × 3 =

quatre × 1 =

The Pirouettes, c’est le duo d’amoureux parisiens qui, à seulement 22 et 23 ans, viennent de sortir leur premier album Carrément Carrément. Sur des airs de pop, les paroles remplies d’expressions utilisées dans la vie de tous les jours témoignent en fait d’une maîtrise de la simplicité en crédibilisant les thèmes de la jeunesse. Vickie Chérie, voix féminine aiguë, deux couettes, une frange et des boucles d’oreilles dorées; et Leo Bear, voix masculine typiquement adolescente, brun avec un t-shirt “The Pirouettes”, vous voilà embarqués dans un autre univers (et en péniche!). 

Dans le cadre de la tournée de concerts de l’album, The Pirouettes se sont produits à La Péniche de Lille de mardi 4 octobre 2016 au soir. Une date qui tenait visiblement à cœur au duo, puisqu’il y avait déjà joué et que La Péniche fermera bientôt ses portes. En première partie de soirée, Cléa Vincent s’est produite dans un style en continuité avec la tête d’affiche de la soirée : des paroles très directes sur une pop bien maîtrisée. L’artiste est entrain de sortir un album et on pourrait bien en entendre parler dans les mois à venir. 

Après un moment de pause pour permettre aux spectateurs de la salle de sortir prendre l’air (oui il fait très chaud dans une péniche, surtout lorsque le concert affiche complet et que l’on est engouffré vers la scène), The Pirouettes s’installent sur scène et commencent un premier titre. A peine les premières notes résonnent que la musique s’arrête. Le duo a l’air assez déstabilisé mais prend l’accident technique qui arrive avec humour. “C’est exactement le début de concert que l’on voulait… En fait on a oublié de brancher ce câble, mais on va le faire tout de suite”. Le public réagit bien, The Pirouettes se font même rassurer par un spectateur “ah ça c’est l’effet péniche!”.

img_20161004_221415

S’enchaînent des titres comme “Coup d’éclat”, “Je Nous Vois”, “Soleil Rare” issus du dernier album. Le duo est fier de rappeler qu’il vient de sortir. Des chansons plus anciennes sont également intégrées dans le set comme “Danser Sous les Cocotiers”. Les 3 chansons les plus médiatisées du dernier album, “l’Escalier”, “2016 (en ce temps là)” et “Carrément Carrément” s’enchaînent au milieu du set, avec une ambiance à son apogée. La présence de la basse mais surtout de la batterie ne sont pas regrettables puisque les titres n’en sont que plus rythmés, l’idéal pour une prestation live.

Le dernier meilleur moment du concert a certainement été l’interprétation de l’excellent “Dernier Métro” puis de “Signaux” après un rappel. Le premier titre a l’originalité de reprendre “Marcia Baila” des Rita Mitsouko et le second de contenir une mise en abîme du duo lui même qui y chante “Ce soir encore les Pirouettes vont assurer / Un show démentiel”.