17 − 4 =

dix-sept + 11 =

Mardi 14 mars, c’était soirée reggae au Splendid dans le cadre du premier concert des Paradis Artificiels. Taïro et sa family band vient accompagné de Jahneration, “l’avenir du reggae français”. On vous raconte.

 

19h15Le Splendid est une petite salle de concert de Lille, un peu excentrée. On part donc prendre le bus à République. Heureusement que la ligne 18 existe, elle nous épargnera 20 minutes de marche ! La salle est un peu loin. L’arrêt nous dépose juste à côté de l’entrée.

19h33 – On arrive. Quoi de mieux qu’une petite pinte pour patienter? Ce n’est peut-être pas la meilleure du monde, mais on aime quand même. Et nous ne sommes pas les seules à boire, puisqu’il y a pas mal de monde autour du bar.

19h53 – Un bruit lointain nous parvient de la salle de concert située au sous-sol. On accélère le pas afin de ne pas rater le début du concert.

 

JAHNERATION

 

19h55 – La salle du Splendid s’éclaire. Le bassiste, le batteur et le pianiste du groupe Jahneration font une entrée remarquée, renforcée par les lumières. Les deux chanteurs arrivent quelques instants plus tard, pour notre plus grand bonheur. Dès le début, le groupe réussit à nous transporter entre des rythmes reggae “classiques”, mais aussi jusqu’à des sons aux influences hip hop.

20h10 – C’est le moment du titre Reload, que la foule connaît plutôt bien. La salle n’est pas encore pleine, on danse librement sans se gêner. Le groupe sait vraiment mettre l’ambiance, et même ceux qui ne connaissent pas leurs titres apprécient. Les gens chantent, dansent, fument… un vrai concert de reggae quoi.

Jahneration - Paradis Artificiels 2017

Les deux chanteurs et le bassiste de Jahneration aux Paradis Artificiels 2017

20h30 – Jahneration continue de nous faire bouger sur le titre Control Your Tempa, d’ordinaire en featuring avec notre cher Naâman. Ce dernier et Jahneration ont d’ailleurs beaucoup en commun, avec un style assez proche, ce qui n’est pas pour nous déplaire.

20h40 – C’est le moment du titre Lighters, et les briquets sont de sortie. Une chose est sûre, c’est que le groupe a su prendre possession des lieux. Un super concert, entre reggae et rap, on adore !

Petite pause… le temps pour nous de se reprendre une petite bière. Et c’est reparti!

 

TAÏRO & THE FAMILY BAND

 

21h10 – Les deux choristes et “The Family Band” font leur entrée. Elles commencent à chanter. La foule se regroupe vers la scène, les gens reviennent. La tension monte… et vient le moment d’accueillir Taïro, l’homme de la soirée.

21h20 – Malgré des rythmes entraînants, l’ambiance a changé. On regrette le départ de Jahneration, même si la voix de Taïro est vraiment unique. Dommage que cette voix soit parfois au service de textes un peu pauvres sur le féminin/masculin… Chose qu’il admet lui même!

Taïro & the Family Band - Paradis Artificiels 2017

Taïro & the Family Band entrent sur scène pour les Paradis Artificiels 2017

21h30 – Même si l’ambiance est différente, les idées défendues par l’artiste sont belles. Rassembler les gens par la musique, rien de mieux. Nos têtes se balancent sur le bon rythme reggae… et ça continue.

22h30 – Pour terminer son concert en beauté, Taïro offre à la salle un duo improvisé par Jahneration. C’est l’heure de la classique Bonne Weed. La chanson qui semblait attendue par beaucoup ! Applaudissements, cris… tout le monde se met à chanter. Avant le refrain, tout le monde se baisse… Et on saute ! Un bon moyen de ramener une dernière fois l’ambiance au beau fixe. Les voix des trois artistes se mêlent très bien… ça bouge, ça fume… C’est sûrement la chanson de Taïro qui a le mieux réussit à mettre l’ambiance.

Taïro avoue être fier de la nouvelle génération prête à reprendre le flambeau. Et c’est ça qu’on aime chez lui, la capacité à rassembler les gens autours de valeurs de communauté, d’échange et d’ouverture d’esprit. Rien que pour ça, le reggae français, ça fait plaisir.
22h42 – C’est le retour vers Lille centre. Les Paradis Artificiels ont mis la barre très haut avec ce premier soir de concert. On a hâte de retrouver Jahneration, qu’on a découvert il y a peu de temps mais que l’on écoutera encore longtemps. Et Taïro, même si l’on s’attendait à autre chose, est resté fidèle à sa musique, simple et efficace.

 

Julie Sperissen & Camille Bénazet