10 + 12 =

treize + deux =

Ils jouaient à la Rodia le jeudi 8 octobre : Minuit, dont le premier EP rock “Minuit” est sorti le 25 septembre, nous ont accordé quelques questions avec le sourire, malgré une petite fatigue du live de la veille à Lille. Décrit comme “La pop en français de Minuit débarque là où on ne l’attendait plus, entre guitares funk et esthétique kitsch” d’après les Inrocks (oui, rien que ça), rencontre avec ce groupe qui rafraîchit la pop française.

 

Bonjour Minuit, pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Klem – Bassiste, Raoul – Guitariste, Joseph – Guitariste, Simone – chanteuse, Tanguy – Batteur

Est-ce que vous pouvez nous expliquer un peu votre univers, votre style ?

Simone : C’est toujours difficile de décrire son propre style surtout qu’on est un jeune groupe, on est encore en construction. Après je pense qu’on fait de la pop en français qui va dans toute la richesse que peut avoir la pop avec des trucs funk, d’autres morceaux plus rock, des ballades, des trucs presque plus américains. C’est un peu dur de nous même nous mettre dans une case.

Comment s’est formé le groupe ?

Klem : Le groupe il s’est formé en 2013, suite à la rencontre de Raoul et Joseph qui bossaient chacun dans des groupes respectifs et se sont rencontrés sur des scènes parisiennes. Ensuite, tout début 2013 (janvier) on s’est rencontrés avec Raoul dans le sud de la France, on accompagnait un artiste, Raoul m’a proposé de monter faire un peu de musique sur Paris. On a commencé à écrire des morceaux avec Joseph et Raoul et donc on a fait quelques démos, suite à ça il nous fallait une voix et là Raoul a proposé à sa sœur Simone de faire des essais, ça a très bien collé.
On nous a ensuite proposé un concert en novembre 2013 et il nous fallait un batteur pour faire le spectacle sur scène et moi j’ai rencontré Tanguy dans un club de Jazz parisien et il a rejoint la formation. A partir de ce premier concert, on s’est dit qu’on avait envie de faire quelque chose de sérieux et envie de bosser sur ce projet.

Est-ce que vous avez des artistes qui vous inspirent ?

Joseph : vu qu’on est 5, on vient tous de milieux musicaux différents, on a des influences assez diverses mais on se retrouve généralement autour d’artistes comme Prince, Michael Jackson, des artistes très pop comme ça. Sinon Raoul et moi on est plus rock, des trucs un peu guitare tout ça comme ACDC, Jimi Hendrix. Klem ça va être plus musique funk, groove tout ça. Tanguy (et Klem) un peu de jazz et de hip hop américain et Simone un peu de tout (rires)
Simone : Non mais de manière générale on écoute tous vachement de trucs différents, on a des grosses parties de trucs qu’on aime bien mais on a une culture musicale assez variée : moi j’écoute du Polnareff, du Beyonce, du rock, de la soul.
Après c’est vrai que Minuit on peut pas dire qu’on ait vraiment une inspiration particulière d’un artiste, c’est ce qu’on écoute qui va nous nourrir au quotidien. On essaie sur chaque morceau de juste aller vers de l’émotion, une belle suite d’accords, quelque chose qui sonne et on se laisse porter par ça.

Vous avez remporté le prix du jury Inrock lab en septembre 2015, comment ça s’est passé ? En quoi consiste ce prix ?

Klem : En fait les Inrock lab c’est pas un concours, c’est un tremplin où il y a plusieurs étapes à passer : on a commencé l’an dernier à passer la première étape à la Bellevilloise, deuxième étape à la Gaïté lyrique au mois de mai et là c’était la finale au Trianon et suite à ça un groupe était désigné par le jury et un groupe était désigné par le public.

Vous jouerez donc au festival des Inrocks le 12 novembre à la Cigale au côté de Jack Garratt et Odezenne, qu’est ce que ça vous fait de jouer à leur côté ?

Joseph : On est super contents ! C’est assez spécial on se retrouve dans un cas de figure qu’on a pas forcément fait avant : on joue au côté de « gros artistes » donc ça va être intéressant pour nous. On a pas la pression c’est plutôt excitant et on a hâte d’y être. Ca va être un nouvel exercice, un nouveau challenge pour nous.

Vous avez déjà fait beaucoup de scènes/de festivals ?

Le groupe : Beaucoup cet été, tout le mois de juillet. C’était beaucoup de bonnes choses, une bonne fatigue.

Quel était votre meilleur souvenir live, si vous en avez un ?

Joseph : Oh là c’est dur de dire… Il y en a eu plusieurs. Moi pour le cadre et l’ambiance je dirais le Montreux Jazz Festival.

Simone : Le before de Musilac moi je me souviens que le public était super cool. J’adorais parce que je trouvais que c’était très varié : il y avait des parents, des enfants, des ados… C’était que des places assises et quand tu vois que les gens se lèvent et viennent danser devant c’est cool. Je sais qu’on est ressortis de ce concert en kiffant avec de supers vibes et on avait enchaîné à regarder le concert des Gush, c’était une super soirée.

Votre premier EP nommé « Minuit » est sorti le 25 septembre, comment l’avez-vous composé ? Vous aviez des envies particulières ?

Simone : Généralement on bosse par petits groupes et en fait on va commencer un peu chacun dans notre coin, des fois à deux des fois tout seul, on arrive avec une brique et on la fait fleurir à plusieurs. On s’envoie les morceaux, du coup en fait chacun emmène sa pierre à l’édifice pour construire le morceau.
Mais par contre on a pas forcément de ligne directrice ou de concept. Le but c’était de se laisser aller par la musique et que ça sonne.

Qu’est ce qu’on peut vous souhaiter pour le futur ? Y a t-il des artistes avec qui vous aimeriez collaborer ?

Joseph : On sait pas encore, c’est peut-être un peu tôt… ACDC je sais pas si ça serait faisable mais ça serait trop sympa.

Simone : J’aurais bien bossé avec des gens qui font des trucs complètement différents justement. Des gens qui font de l’éléctro ou du hiphop du coup pour avoir un vrai mélange de genres.

Klem : Sinon on peut nous souhaiter qu’il y ait du monde ce soir….

Joseph : nous on voit assez à court terme donc dans un avenir proche : que ça se passe bien (rires).

Hors mis ce soir, où es ce qu’on peut vous retrouver en live prochainement ?

Joseph : Ce soir à Besançon, demain à Nancy, mardi à Caen puis jeudi Marseille, donc pas beaucoup de sommeil. Après une semaine plus tard on enchainera avec Pau, le 6 novembre. Le 7 novembre à Bordeaux, le 12 novembre à Toulouse, le 19 novembre à Cognac, le 20 novembre à Lyon, le 21 novembre à St Germain En Laye, le 23 novembre à Grenoble, si besoin tout est sur notre site (rires).

On peut vous retrouver Instagram, facebook, twitter ?

Tout ça, on a la totale ! C’est @minuitmusic, le site c’est minuitmusic.com

Et à quoi vous fait penser le mot Pedromadaire ?

Simone : à un pet de dromadaire !

Joseph, Klem, Raoul : Moi je croyais que c’était Pedro Madaire

Klem : j’étais là genre « ah les parents ils sont trop vaches ils l’ont appelé Pedro le petit madaire qui s’appelle Pedro » c’est trop

photo "tumblr

photo “tumblr”