0   +   4   =  

Dimanche 14 avril se tenait le concert de La Yegros, qui jouait à Paloma, à Nîmes pour la deuxième fois. Retour sur ce moment particulier.

Ambiance colorée

Grâce à des costumes et des décors sur le thème de la jungle, La Yegros nous transporte dans son univers dès la première chanson. Mais aussi, le jeu de lumière propose différentes ambiances, presque différents tableaux de mise en scène, très beaux à découvrir. Selon la musique et le propos de la chanson, les couleurs chaudes ou plus froides se succèdent et accompagnent la chanteuse dans sa performance. Cette palette de couleurs contribue aussi à nous transporter dans son univers. Mariana Yegros, la chanteuse, sort parfois de scène, créant une attente auprès du public, qui était d’autant plus impatient de la retrouver pour danser sur sa musique. 


Des artistes de talent

Il arrive parfois d’être déçu par un artiste une fois en live. Ce n’est pas du tout le cas pour La Yegros, qui délivre ici un concert d’une grande qualité, grâce à la voix de Mariana Yegros d’une part, mais aussi par le talent de ses musiciens qui livrent de superbes improvisations. Le groupe sait faire de la musique et nous le prouve grâce à un jeu de percussions ultra entraînant et un quatuor de flûtes extraordinaire qui nous éblouit. Jamais nous n’aurions penser danser ainsi sur de la flûte. Sa force est aussi de proposer une musique hybride, où s’entrelacent musique électronique et musique traditionnelle d’Amérique Latine. Même si cette dernière est clairement plus ancrée dans l’identité musicale de La Yegros, les collaborations avec Chinese Man et Soom T prennent sens dans cette dynamique de mélanger les genres musicaux. La Yegros se classerait d’ailleurs dans le genre de l’electrocumbia. 

Succession de tableaux colorés lors du concert de La Yegros

Un lien entre public et artistes

Tout au long du concert, les membres de La Yegros sont très présents pour le public. Il ne s’agit pas seulement de faire le show, mais de créer un moment de partage autour de la musique. Un dialogue complice se met alors en place, variant entre Français et Espagnol, avec un public qui joue le jeu du bilinguisme. C’est pour ça qu’on les adore, pour cette proximité avec le public. Rien de surprenant que la chanteuse vienne signer des albums à la sortie du concert, en toute simplicité, se montrant très accessible. 

Programmé dans la petite salle à Paloma, le concert a su créer une intimité et une convivialité que l’on recherche grâce aux concerts. Cette salle dispose d’assez d’espace pour permettre à tout le monde de danser et d’apprécier le live au plus près des artistes. On a aussi pu sentir un groupe désireux de nous faire découvrir leur nouvel album, en passant rapidement sur les classiques que le public a au moins autant entendu qu’eux, et une générosité dans les nouveaux morceaux, tout autant qualitatifs. La recette reste la même, une alternance entre rythme et émotions qui nous transporte dans leur univers et nous laisse croire en chacun de leurs projets. Féministe avec un public essentiellement féminin, La Yegros est porteur d’un message fort, qui parle de femmes fortes et de reines dont le royaume est la cumbia. 

Rédacteurs : Alexandre Spataro – Camille Bénazet

Photos : Camille Bénazet